Belgique “ami de l’opposition congolaise”

Belgique “ami de l’opposition congolaise”

Soixante-heures avant l’arrivée de Kabila à New-York, dans un communiqué publié dans cette même ville, les opposants Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi ainsi que trois acteurs de la société civile avaient en effet plaidé en faveur d’une transition « conduite par des personnalités éminentes consensuelles chargées de préparer les élections démocratiques, libres, transparentes et paisibles qui ne sont possibles, selon les signataires de ce texte, ni avec M. Kabila ni avec la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) dans sa configuration actuelle ».

Pas question donc pour l’entourage de Kabila que leur champion rencontre Didier Reynders qui serait sur la même ligne que « ses amis de l’opposition congolaise ». Mais, côté belge, personne n’a voulu, pour l’instant, confirmer ou infirmer l’absence de Reynders à ce rendez-vous annoncé entre deux chefs de l’exécutif de deux pays.
Kabila-Michel, de quoi vont-ils parler ?

Côté congolais, à en croire notre source au sein de la présidence congolaise, Kabila profitera de son entretien avec Charles Michel pour tenter de « désamorcer la tension diplomatique entre la RDC et la Belgique ». Mais pas seulement. Car le chef de l’État congolais « va également demander à son interlocuteur de ramener à la raison Didier Reynders et Alexander De Croo [vice-Premier ministre belge et ministre de la Coopération au développement] qui, selon ce proche de Kabila, enveniment les relations entre les deux pays ».
Une source diplomatique belge indique par ailleurs que la Belgique reste attachée à l’accord de la Saint-Sylvestre et demande, à l’instar de toute l’Union européenne, que ce compromis politique soit appliqué de bonne foi. « C’est sûrement ce message-là que Charles Michel fera entendre à Joseph Kabila », explique-t-elle.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FERMER
CLOSE